X

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Ref

    Titre.

    Votre message

    F. LINKE

    Ebéniste & Bronzier
    (1855-1946)

    Rare paire de Cabinet et Vitrine

    France
    Circa 1890

    Cabinet répertorié sous l’index 684 des archives photographiques de Linke, et une variante pour la vitrine

    Hauteur : 175 cm ; Largeur : 75,5 cm ; Profondeur : 44,5 cm

    Exceptionnels cabinet et vitrine formant paire d’inspiration Louis XVI en placage d’acajou, élégamment montés de bronzes ciselés et dorés. Ils sont surmontés d’un plateau en marbre « Fleur de pêcher » souligné d’une frise d’oves, au dessus d’une frise de pampres et de rinceaux centrée d’un masque de Bacchus entouré de laurier.

    La vitrine et le cabinet ouvrent à une porte ; celle du cabinet étant ornée d’un attribut de lyre et de feuillages suspendu par un ruban en bronze ciselé et doré.

    Aux angles, les montants sont formés de deux figures de caryatides terminant en gaine. Ils reposent sur des pieds cannelés en forme de carquois et finissant en toupie, reliés par une entretoise ajourée surmontée d’une urne fleurie.

    oeuvres en relation / provenance

    -Meubles commandités par M. et Mme Meyer, collectionneurs d’arts, et livrés en 1909 dans leur maison de Grosvenor Square, à Londres
    -Vendus au roi d’Egypte en 1927 et placé dans le Palais de Ras al-Tin à Alexandrie

    Vue d’une pièce de la maison d’Elias  Meyer,  au  16  Grosvenor  Square,  à  Londres,  prise  en  1909  et reproduite et commentée dans François Linke (1855-1946), The Belle Epoque of French Furnitures, Ch. Payne, p.247) montrant le cabinet et la vitrine in situ.
    Capture d’écran 2020-09-01 à 11.01.31

     

     

     

     

     

     

    Elias Meyer, un collectionneur privé, devint le locataire du 16 Grosvenor Square en 1907 et meubla les lieux grâce à deux commandes numérotées 1237 et 1272 passées à F. Linke  et  livrées  en  1909.  Cette photo montre le cabinet Index 684 des archives photographiques de Linke, fait à l’origine par Beurdeley, avec une vitrine assortie d’inspiration Louis XVI, style utilisé pour les pièces à usage plus intimiste.
    Linke0567:L.XVI_cabinet.inv.684

     

     

     

     

     

     

     

    Après le décès de Meyer en 1925, Linke a racheté la plupart du mobilier qu’il avait fourni.

    Vue de la Chambre de la Reine dans le Palais de Ras al-Tin, à Alexandrie, montrant le cabinet in situ, suite à son achat par le Roi d’Egypte Fouad en Mars 1927.

    Capture d’écran 2020-09-01 à 11.58.43

    (Reproduit et commenté dans François Linke (1855-1946), The Belle Epoque of French Furnitures, Ch. Payne, p.278)

    biographie

    François Linke, né en Bohême (Tchécoslovaquie) en 1855, débuta comme ébéniste vers 1882 et  exerça à Paris jusqu’à sa mort, en 1946, au faubourg Saint-Antoine. Vers 1900, à l’apogée de sa carrière, il adjoignit même une succursale, place Vendôme. Il s’était spécialisé dans la fabrication de meubles de style Louis XV et Louis XVI, ambitieux tant par leurs dimensions que par leur somptueuse ornementation de bronzes, ce qui lui valut de nombreuses commandes dès la fin du XIXème s. Désirant aller au-delà des copies de style XVIIIème, Linke collabora avec le déjà célèbre sculpteur Léon Messagé et intégra les lignes sinueuses annonçant l’Art Nouveau, développant ainsi un style très personnel. L’un de ses grands succès fut remporté à l’Exposition Universelle de 1900, où le jury lui décerna la médaille d’or pour son bureau, dessiné par Messagé, en bois de violette, monté de bronzes d’esprit Louis XV. La « Revue artistique et industrielle » glorifia Linke en écrivant que son stand à l’Exposition était la plus grande démonstration jamais réalisée dans l’histoire du mobilier d’art.

    bibliographie

    Christopher Payne, François Linke, The Belle Epoque of French Furniture 1855-1946, Ed. Antique Collector’s Club, 2003, p.247, p.278

    Contactez nous