X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Votre message

ref. 3110/9

L’Escalier de Cristal

Créateur & Marchand-éditeur

(XIXème s.)

attribué à

Fontaine à parfum

Bronze doré, France (circa 1880) – Porcelaine de Chine (circa 1720)

Haut. : 61 cm ; Larg. : 30 cm ; Prof. : 25 cm

Rare fontaine murale en porcelaine de Chine Famille verte XVIIIème siècle (décor où dominent les émaux verts, issus de l’oxyde de cuivre), à motifs de feuilles et fleurs lacustres. L’ensemble de la porcelaine est serti d’une belle monture en bronze ciselé et doré à motif de rocs, joncs et jeux d’eau, prolongé par un petit bassin orné de perles.

Succédant aux décors « bleu et blanc », les décors de la famille verte ont été développés et exportés vers l’Europe par les céramistes chinois sous le règne de l’Empereur Kangxi (1662-1730). Le décor de ces porcelaines était apprécié pour sa parfaite utilisation de l’espace, les dessins vigoureux et l’absence de surcharge décorative.

Biographie

L’Escalier de Cristal, ancienne et célèbre maison parisienne, spécialisée dans la céramique et la verrerie, mais proposant également du mobilier, des bronzes d’art et d’ameublement, avait été reprise à partir de 1885 – jusqu’en 1923 – par les fils d’Emile Pannier qui constituèrent Pannier Frères, à l’angle des rues Scribe et Auber, à côté du nouvel Opéra. Leurs créations d’inspiration extrême-orientale étaient entre autres grandement appréciées du public et de la critique. La maison remporta de multiples récompenses et médailles aux différentes expositions, dont la médaille d’or à l’Exposition Universelle de Paris en 1900. Dans le domaine du mobilier influencé par l’Extrême-Orient, Majorelle de Nancy, Edouard Lièvre ou Gabriel Viardot collaborèrent également au succès des Frères Pannier. Certaines de leurs œuvres sont visibles dans les plus grands musées, tels que celui de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, le Musée d’Orsay ou le Corning Museum of Glass de New York. La maison étant parfois propriétaire exclusive des modèles, ces meubles et objets décoratifs n’étaient souvent signés que par l’Escalier de Cristal , quelquefois à côté de la signature de l’artiste. Elle avait aussi un véritable rôle créateur en personnalisant ces œuvres par de superbes bronzes dorés, des plaques en émail cloisonné, des plaques de verre à décor japonisant ou incluant également des éléments japonais authentiques.

Bibliographie

Catalogue de l’Exposition Universelle, les Beaux-Arts et les Arts décoratifs, t. I : l’Art moderne, Paris, 1878.

Catalogue de l’Exposition Universelle, les Beaux-Arts et les Arts décoratifs, Paris, 1889.

Les créations de l’Escalier de Cristal, Philippe Thiébaut, Revue de l’Art, 1989, n° 85.

Contactez nous