X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

Ref. 1558

J. BRANDELY 

(actif entre 1867 et 1873)

 

C.-G. DIEHL

(1811-1885)

 

E. FREMIET

(1824-1910)

                                                      

 

Exceptionnelle jardinière

France
Circa 1870
Haut. : 90 cm ; Larg. : 65 cm ; Prof. : 50 cm

Exceptionnelle jardinière en bois noirci et ornements de bronze argenté reposant sur quatre montants tournés réunis par un piètement. La jardinière est ornée de masques de Bacchus en applique, d’après un dessin de J. Brandely, et encadrée aux quatre angles par de forts ressauts surmontés de félins cambrés, caractéristiques du répertoire animalier du sculpteur E. Frémiet. Le tout est surmonté d’un couvercle richement orné d’une frise de palmettes, de cartouches à flèches et médaillons et d’un bouton de préhension à têtes animalières.

Biographie

Installé à Paris vers 1840, Charles-Guillaume Diehl (1811-c.1885) fonde son entreprise d’ébénisterie et de décoration au n°16, puis au n°19, rue Michel-le-Comte. Ses ateliers exécutent d’élégantes pièces de mobilier en bois de rose et thuya pour la Famille Royale et des collectionneurs parisiens. Diehl est également spécialisé dans la production de « fantaisies avec bronzes et porcelaine ». Dès le milieu des années 1860, il s’associe à l’un des plus grands sculpteurs naturalistes français, Emmanuel Frémiet, qui lui réalise un bas-relief destiné à un médaillier exposé à l’Exposition Universelle de 1867 (conservé au Musée d’Orsay). Au cours de la même décennie, Diehl renouvelle son répertoire décoratif et crée ses célèbres meubles de style néo-Grec qui connaissent un énorme succès lors des différentes Expositions Universelles. Il gagne ainsi à l’Exposition Universelle de Paris en 1855, puis de nouveau en 1867, une médaille de bronze. En collaboration avec le dessinateur Jean Brandely, Diehl renouvelle son répertoire décoratif et crée ses étonnants meubles de style Grec qui connaissent un succès fulgurant à l’Exposition Universelle de Paris en 1867, tandis que ses coffrets y remportent une médaille d’argent. Certains motifs grecs sont alors si particuliers à Diehl, qu’ils sont longuement commentés par le critique d’art J. Mesnard dans son ouvrage Les Merveilles de l’Exposition Universelle de 1867. Diehl s’associe également pour cette Exposition Universelle à deux sculpteurs de renom : Emile Guillemin (1841-1907) qui sculpte le relief d’un bahut en acajou et bronzes galvaniques dorés (Musée d’Orsay, Paris, Inv. O.A.O. 992) et Emmanuel Frémiet (1824-1910) qui réalise le bas-relief d’un médaillier en cèdre, marqueterie et bronzes argentés (Musée d’Orsay, Paris, Inv. O.A. 10440). Diehl sera de nouveau récompensé d’une Médaille d’honneur à l’Exposition de l’Union centrale de 1869 et d’une médaille de Progrès à l’Exposition Universelle de Vienne en 1873 (Buffet en poirier noirci, citronnier, bronzes galvaniques, dessin de J. Brandely et bas-relief d’E. Guillemin, Musée d’Orsay, Paris, Inv. O.A.O. 336). Encensé par la critique, Diehl est considéré comme l’un des artistes les plus innovateurs du XIXème siècle.

Contactez nous