Retour Contactez-nous

F. Barbedienne
Paire de vases en émail cloisonné

ref. 0805/2

Prénom

Nom

Email

Votre message

ref. 0805/2

F. Barbedienne

Bronzier

(1810-1892)

attribué à

Paire de vases en émail cloisonné

France

Circa 1870

Haut. : 32 cm ; Diam. : 17 cm

Paire de vases de forme “rouleau” de style japonisant, en émail cloisonné et bronze doré. Panse cylindrique à décor de branches fleuries, de fleurs et de papillons polychromes sur fond bleu. La monture en bronze ajouré à patine “vieil or”, formant le col, les petites anses et la base, à motifs de nuages et de têtes animales stylisés, est caractéristique des belles réalisations japonisantes de Ferdinand Barbedienne dans la seconde moitié du XIXème siècle.

Pour ces œuvres, Ferdinand Barbedienne produisait soit ses propres “émaux opaques, cloisonnés et affleurés à la manière des anciens”, tels qu’ils furent référencés dans ses catalogues de vente, ou achetait directement des cloisonnés chinois, importés en France, auxquels il adaptait ensuite ses montures.

Biographie

Né en 1810, mort à Paris en 1892, Ferdinand Barbedienne a créé et dirigé au n°30 boulevard Poissonnière à Paris, l’une des plus importantes fonderies d’art pendant la seconde moitié du XIXème siècle. En plus de sa propre production, Barbedienne travaille pour les sculpteurs les plus renommés comme Barrias, Clésinger ou encore Carrier-Belleuse. A l’Exposition Universelle de Londres en 1862, Barbedienne expose des « émaux opaques cloisonnés », dont la plupart sont dessinés par Constant Sévin, et remporte des médailles dans trois classes différentes : meubles d’art, orfèvrerie et bronzes d’art, notamment pour l’heureuse combinaison du bronze et de l’émail (Coupe de style oriental, Château de Compiègne, Inv. C 71-122). Nommé Officier de la Légion d’Honneur, il est fait Commandeur en 1878, suite à l’Exposition Universelle où le jury le compare à « un prince de l’Industrie et au roi du bronze ».