X

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Ref

    Titre.

    Votre message

    réf. 1560

    L.-E. Lemarchand

    Ebéniste
    (1795-1872)

    Important guéridon

    Estampillé Lemarchand, Ebéniste de la Couronne, 17 rue des Tournelles Paris.

    France
    Circa 1850

    Ebène, poirier noirci, bronze doré, incrustations d’écaille, laiton, étain, maroquin rouge

    Haut. : 73 cm ; Diam. : 125 cm

    Imposante table de famille en bois noirci et marqueterie de laiton, étain et écaille dite Boulle à décor arabesques, recouverte d’un maroquin rouge à vignette dorée. Elle repose sur un pied tripode à volutes renversées et ornées de bronze doré. En ceinture sont disposés six tiroirs, numérotés par des plaques de marqueterie incrustées, à encadrements de bronze soutenant un plateau à bords contournés soulignés pars une moulure en bronze.

    Biographie

    Fils de Charles-Joseph Lemarchand (1759-1826), qui fonda la dynastie d’ébénisterie Lemarchand vers 1789), Louis-Edouard Lemarchand (1795-1872) rentra à Paris en 1815 pour aider son père à l’atelier après des études d’architecture et deux années dans les armes. Leur maison d’ébénisterie prit alors un essor nouveau. En 1817, ils devinrent Fournisseur Breveté du Garde-Meuble. En 1828, après son mariage, Louis-Edouard installa les ateliers au 17, rue des Tournelles. Il s’associa en 1846 avec André Lemoyne, qui figurera parmi les ébénistes attitrés de Napoléon III, et se retira des affaires en 1852. L’activité fut poursuivie par les Lemoyne, jusqu’à ce que la maison fut reprise par Charles Jeanselme en 1893.

    Louis-Edouard continua à utiliser l’estampille paternelle en supprimant l’initiale du prénom. Dans un premier temps, ses meubles exécutés en collaboration avec son père sous la Restauration conservent les caractères généraux des meubles de l’époque impériale. Le Recueil de modèles d’ébénisterie composé pour la maison LEMARCHAND, ébéniste du Garde-Meuble, continuée par THEILLIER, non daté et conservé à la bibliothèque du musée des Arts Décoratifs, fournit au moyen de dessins originaux un aperçu de ces fabrications. Actif sous Charles X, Louis Philippe (commandes pour Saint-Cloud, le Trianon, les Tuileries), puis Napoléon III, il fabriqua de nombreux meubles en bois clair, en acajou, en ébène et marqueterie de métal.

     

    bibliographie

    Les Ebénistes du XIXe siècle, Denise Ledoux-Lebard, Ed. de l’Amateur, 1984, pp.414-422.

    Contactez nous