X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

ref. 1732

g. leroux

Sculpteur (1854-1942)

buste de princesse orientale

France
Circa 1880

Signé G. Leroux et cachet de fondeur E. Blot Paris

Hauteur : 73 cm ; Largeur : 44 cm

Rare buste en bronze patiné représentant une jeune femme enveloppée d’un drapé et vêtue d’une tunique d’inspiration oriental à motifs d’entrelacs et d’une large ceinture haute à rehauts argentés et dorés. Sa coiffure est composée d’un bandeau à décor d’entrelacs et cabochon central doré, et d’une longue épingle à prise en forme de feuillages.

biographie

Gaston Veunevot Leroux naît le 14 septembre 1854 à Paris. En 1874, il fréquente l’Académie des beaux-arts de Vienne, et reçoit une formation de sculpteur par le directeur de l’académie, Carl Kundmann, jusqu’en 1877. Admis dans la section sculpture de l’École des beaux-arts de Paris en août 1881, il est l’élève de François Jouffroy. Il enseigne à partir de 1893, en qualité de professeur de statuaire à l’École des beaux-arts de Bordeaux. À la même date, il est le statuaire officiel de la ville de Bordeaux et à ce titre réalise de nombreuses commandes dont la statue de Tourny sur la place du même nom, les tombeaux des cardinaux à la cathédrale, des monuments aux morts, un nombre important de bustes, notamment ceux des maires de Bordeaux. Exposant au Salon des Artistes Français, il obtient en 1882 une mention honorable, en 1883 une mention honorable et devient sociétaire, en 1885 une médaille de troisième classe et une bourse de voyage, et une médaille de bronze en 1889 et 1900 lors des Expositions Universelles. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1908.

Eugène Blot (1857-1938) prend seul en 1894 la direction de la maison familiale, qui était active depuis 1855 en association avec Drouard, principalement dans le domaine du zinc d’art. Lui-même grand amateur d’art et de peinture contemporaine, il ouvre une galerie d’exposition au 5 boulevard de la Madeleine dans laquelle étaient exposées des toiles impressionnistes. Il effectua la fonte d’un certain nombre d’œuvres en tirage limité et numéroté de Camille Claudel, mais travailla également avec Constantin Meunier, Hoetger, Jouant et Van der Stratten. Il cesse son activité en 1937 et cède les droits de sa fonderie à Leblanc-Barbedienne.

Bibliographie

E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999, vol. VIII, p. 555

S. Richemond, Les Orientalistes, Dictionnaire des sculpteurs, XIXe-XXe, Les Editions de l’Amateur, 2008, p. 138-142

P. Kjellberg, Les Bronzes du XIXe siècle, Dictionnaire des sculpteurs, Les Editions de l’Amateur, 1989, p. 436

Contactez nous