G. Durand

Ebéniste
(1839-1920)

Charmante table de salon

Estampillée Durand

France
Circa 1880

Haut. : 75 cm ; Larg. : 50 cm ; Prof. : 37 cm

Charmante table de salon ovale d’inspiration Louis XV en placage de bois teinté vert sur fond de citronnier, soulignée de filets et de cabochons d’ébène, et ouvrant à un tiroir en ceinture. Le plateau ovale, entouré d’une galerie ajourée en bronze doré, est orné d’une belle marqueterie de bleuets sur fond quadrillé, que l’on retrouve également sur la ceinture et la tablette. Elle repose sur quatre pieds à double cambrure ornés de chutes à l’antique aux angles et finissant par des sabots feuillagés, réunis par une tablette d’entrejambe à galerie ajourée.

œuvre en relation

IMG_20210401_175420_resized_20210402_101230810

Table d’époque Louis XV estampillée R.V.L.C. , datant du XVIIIe siècle et reproduite dans P. Kjellberg, Le Mobilier Français du XVIIIe siècle, Dictionnaire des Ebénistes et des Menuisiers, Editions de l’amateur, Paris, 1989, pp. 753.

Biographie

Gervais Durand (1839-1920) participa à l’Exposition Universelle de 1889, où il obtint une médaille d’argent. D’après le rapport de l’Exposition d’A. Picard, « Mr Durand, ébéniste, aussi habile que modeste, expose pour la première fois des meubles de premier ordre, dont il est à la fois le dessinateur et l’exécutant ; il marche sur la voie tracée par les maîtres tels que Beurdeley et Dasson ». Durand produisit presque exclusivement des répliques de meubles du XVIIIème siècle, parmi lesquels, ceux réalisés par le plus célèbre ébéniste parisien, fournisseur de la famille royale : B.V.R.B. Ses œuvres révèlent en tous points la grande harmonie entre les formes, la marqueterie et les bronzes.

D’origine flamande, l’ébéniste Roger Lacroix(1728-1799), également appelé Roger Vandercruse se lie avec les ébénistes Jean-François Oeben et Jean-Henri Riesener, successivement époux de sa sœur aînée. Devenu Maitre en 1755, il reprend la fabrique de son père rue du Faubourg Saint-Antoine et acquiert très vite une grande renommée. Dès 1769, il est en charge de toutes les commandes de la cour, et va ainsi fournir la comtesse de Provence et Madame Victoire. Lacroix se distingue par des meubles Louis XV très homogène, d’une grande qualité et un grand talent de marqueteur. Sa première production, à l’époque Louis XV, évolue avec les attributs de l’époque Transition. A la fin du règne de Louis XV, il est l’un des premiers à réaliser des meubles en citronnier incrusté d’ébène. Il effectue ensuite des modèles Louis XVI d’une grande précision marqué par l’arrivée d’un motif caractéristique, la rosace en hélice. Lacroix se spécialise dans les bonheurs-du-jour qu’il aime décorer dans le goût chinois. L’ébéniste réalise également de nombreuses petites tables pour lesquelles il utilise des motifs répétés de cercles ou losanges imbriqués, de quadrillages avec œillets ou fleurons ou encore de stries verticales jaunes et vertes qui imitent la marqueterie de paille. Lacroix met fin à son activité sous la Révolution, sans fils ni épouse pour prendre la relève. Sa fabrique est vendue après son décès.

Contactez-nous




    Tobogan Newsletter

    Si vous souhaitez être informé de nos nouvelles acquisitions, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire.
    Pour ce faire, utiliser le formulaire à votre disposition. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

    Récemment consulté