X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

Ref. 1662

D. PAGANO

Sculpteur (1851-1914 ?)
Ecole Italienne

Couple d’enfants Berbères

Signé D. Pagano et Pagano sur la terrasse

Italie
Circa 1890

Terre cuite polychrome, Marbre

Fille + Colonne : Haut. : 178 cm ; Larg. : 53 cm ; Prof. : 49,5 cm
Fille : Haut. : 69 cm ; Larg. : 49 cm ; Prof. : 43,5 cm
Garçon + Colonne : Haut. : 176 cm ; Larg. : 49 cm ; Prof. : 48 cm
Garçon : Haut. : 69 cm ; Larg. : 43,5 cm ; Prof. : 43 cm

Magnifique paire de sculptures en terre cuite polychrome. Le couple est composé d’un garçon fumant une pipe et d’une jeune fille un chapelet à la main, assis en tailleur et vêtus de tenue traditionnelle berbère.

Ils reposent sur de massives colonnes en marbre vert composées d’une base moulurée à pans coupés octogonale, d’un fût cannelé torsadé finissant par un plateau tournant ajusté à la taille exacte des socles en marbre du couple.

Le thème de l’Orientalisme a inspiré Domenico Pagano à plusieurs reprises, en témoignent ses bustes d’enfants réalisés. Il apporte une attention particulière à l’attitude de ses personnages, et à leur expression, leur conférant un souffle de vie.

L’Orientalisme

Le terme d’Orientalisme apparaît aux environs de 1830 alors que les XVIIème et XVIIIème siècles avaient déjà développé avec une grande fantaisie le thème de la « turquerie ». Ce goût tout emprunt d’exotisme et de pittoresque se retrouve jusque dans la décoration des appartements privés de Marie-Antoinette ou du Comte d’Artois à la fin des années 1780. Mais c’est véritablement au XIXème siècle, avec l’expédition en Egypte menée par Bonaparte à partir de 1798, que le goût est donné pour l’Orient avec la beauté, l’érotisme, la lumière, mais aussi la fascination pour le mystère et la quête d’un « ailleurs ». Cependant la prise d’Alger par les Français en 1830 reste véritablement l’acte de naissance du mouvement artistique puisque le terme d’Orientalisme apparaît à ce moment-là.

En France, c’est sous le Second Empire, que les Orientalistes sont propulsés sur le devant de la scène. L’Empereur Napoléon III lui-même, les aristocrates autant que les bourgeois fortunés en mal d’exotisme remplissent les carnets de commandes des artistes les plus réputés. Ce n’est alors pas le style majoritairement académique des Orientalistes qui compte mais surtout l’exotisme qu’ils donnent à voir à un public fasciné ; tel le sculpteur Charles Cordier (1827- 1905) qui innove en employant la polychromie des marbres et de l’onyx d’Algérie, ou Emile Guillemin (1841-1907) dont les œuvres sont éditées par le fondeur Ferdinand Barbedienne (1810-1892). Ces artistes mènent du reste des missions scientifiques en Orient, avec le souci de contribuer à répertorier les cultures d’une civilisation multi-ethnique. Cette approche documentaire et naturaliste révèle une volonté politique et culturelle de garder trace de ces témoignages anthropologiques et géographiques. En effet, au contact de l’Occident, l’Orient se transforme et les gouvernements craignent la disparition de ces peuples issus du « berceau de l’Antiquité ».

Biographie

Domenico Pagano débute son activité de sculpteur vers 1880. Il expose deux oeuvres à Rome en 1883 lors de l’Exposition Nationale : «  Un arabo » et « Mosè sul Nilo ». L’année suivante à  Turin, il expose deux statuettes, un marbre intitulé « A scuola per forza » et « Bambino sulle Acque ». Il participe la même année au concours pour le monument dédié au comte de Cavour à Rome. Présent à l’Exposition Universelle de 1889 à Paris, il est récompensé d’une mention honorable. En 1895, il réalise le buste de Giovanni Nicotera installé sur le Passeggiata del Gianicolo à Rome.

Bibliographie
  • – Alfonso Panzetta, Dizionario degli sclutori italiani dell’ottocento e del primo novecento, Umberto Allemandi & C., 1994, Volume Primo, p.202
  • – Angelo de Gubernatis et Ugo Matini, Dizionario degli artisti italiani viventi, pittori, scultori e architetti, Firenze, 1889, p.341

Contactez nous