X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

Ref. 1637

D. ENJOLRAS

Peintre
(1857-1945)

Elegantes sur la terrasse

Signé D. Enjolras

Huile sur toile

Avec cadre : Haut. : 86,5 cm ; Larg. : 99 cm
Sans cadre : Haut. : 59 cm ; Larg. : 71 cm

Charmante scène de genre représentant trois jeunes femmes, le soir, sur une terrasse en bord de lac.

Caractéristique de sa production inspirée de la Belle Epoque, ce tableau à la touche délicate dans des tons chauds d’orange, de rose et de bleu représente un des sujets qui a le plus inspiré le peintre tout au long de sa carrière : le portrait féminin. L’unique point lumineux sur la gauche du tableau, créant un clair-obscur, confère une atmosphère intimiste à la scène.

Débutant sa carrière par des représentations de paysages, D. Enjolras utilise par la suite sa maîtrise du pastel pour représenter la grâce féminine. Les jeunes femmes sont souvent représentées occupées à leur toilette ou vaquant à des occupations quotidiennes comme prenant le thé, cousant, lisant, jouant de la musique, dans des intérieurs intimistes à  lumière feutrée, ou sur une terrasse éclairée en bord de lac.

Ayant habité un temps dans le Midi, le peintre a pu s’inspirer des paysages méditerranéens qu’il avait sous les yeux pour en faire le théâtre de ses tableaux.

Oeuvre en relation

Le soir sur la terrasse, 73 x 54 cm, Collection privée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Variant le nombre de personnages et la luminosité, ces scènes de jeunes élégantes en bord de lac ont représenté un des thèmes les plus illustré par D. Enjolras.

Biographie

Delphin Enjolras, né à Courcouron en 1857, mort à Toulouse en 1945, fut l’élève de l’aquarelliste Gaston Gérard à l’Ecole de Dessin de la Ville de Paris puis eut pour maîtres Jean-Léon Gérôme, Gustave Courtois et Pascal Dagnan-Bouveret à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts à Paris.
Son portrait du préfet Bonnefoy Sibour, réalisé en Corse, lui permet d’exposer dès 1889 au Salon des Artistes Français à Paris,  jusqu’en 1909.
Peintre de genre maîtrisant aussi bien la gouache, l’aquarelle que le pastel, il se spécialise dans la représentation gracieuse de scènes de femmes dans l’intimité, seules ou en groupe, et éclairées à la lumière du feu ou d’une lampe, ce qui lui vaudra le surnom de « peintre des reflets ».
Exposant ses œuvres au Salon, il devient membre de la Société des Artistes Français en 1901.
Il recevra les palmes académiques du ministre des Beaux-Arts pour son tableau « La mort de Dupleix », acheté par l’Etat.

Bibliogaphie

– 1820-1920 – Les Petits Maitres De La Peinture, G. Schurr, Les Editions de l’amateur, Paris, 1975, t.V, p.126.
– Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Bénézit, éd. Gründ, 1976, vol. V, p.133.

Contactez nous