X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

Ref. 1645

Chasse à l’épervier

Ecole Française
Circa 1880

Peinture sur feuilles d’argent, Cuir

Sans cadre : Haut. : 190 cm ; Larg. : 52 cm
Avec cadre : Haut. : 226 cm ; Larg. : 86,5 cm

Charmante paire de tableaux d’inspiration médiévale représentant une dame noble et son page se préparant pour la chasse.
L’originalité de la technique employée, de la peinture sur feuilles d’argent appliquées sur du cuir, confère une luminosité particulière aux couleurs et les fait ressortir plus intensément.

Style troubadour

Le terme de « troubadour » a été utilisé vers 1880 pour qualifier des peintures du début du XIXe siècle illustrant un Moyen Âge et une Renaissance mythiques, plus proches des contes de fées que de la réalité historique. Le premier tableau que l’on pourrait rétrospectivement qualifier de troubadour est présenté au Salon de 1802, sous le Consulat : Valentine de Milan pleurant la mort de son époux, oeuvre de Fleury-Richard  (élève de David). Ce tableau connut un très grand succès en raison de son sujet émouvant et inédit emprunté au passé médiéval et de la précision de sa représentation : il figurait une scène gothique, mais que l’on croyait à l’époque réaliste, fidèle à ce qui avait été, et donc quasi-documentaire
Ensuite, par extension, ce terme fut attribué à des œuvres diverses (sculptures, mobilier, objets, tapisseries…), le dénominateur commun étant le goût pour le Moyen Âge et la Renaissance.
Si techniquement, la peinture troubadour s’inspire d’une certaine manière de la peinture néerlandaise du XVIIe siècle, elle s’inscrit surtout dans la lignée du style néo-gothique anglais, s’en nourrissant au point de marquer profondément la peinture de l’époque romantique française : son  succès public est évident mais s’épuise avec la révolution de 1848.
De nombreux artistes ont adhéré à ce style, comme Fleury François Richard, Pierre Révoil, Alexandre-Evariste Fragonard ou Jean-Auguste-Dominique Ingres.

Contactez nous