X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

ref. 1522

H. DASSON

Ebéniste & Bronzier
(1825-1896)

Rare Pendule aux Trois Grâces

Modèle de l’Exposition universelle de 1878 à Paris

France
Circa 1880

Bronze doré et patiné, porphyre
Haut. : 83 cm ; Base: 34 cm

Somptueuse pendule à cadran tournant en bronze ciselé et doré. Un groupe de figures en bronze patiné, les Trois Grâces, soutient un globe à décor dit « canon de fusil » abritant le cadran tournant à chiffres émaillés, et surmonté de deux putti indiquant l’heure avec une flèche. La pendule repose sur un double socle en porphyre souligné de deux moulures en bronze ciselé et doré reposant sur quatre pieds.

Le modèle de cette pendule a été exposé à l’Exposition universelle de 1878 à Paris par Henry Dasson.

La critique a beaucoup salué le travail du bronzier : « C’est encore du même style (Louis XVI) qu’est la pendule et, si dans son ordonnance elle rappelle la belle pièce de la collection Léopold Double (les Trois Grâces d’après un modèle de Falconet), nous préférons celle de M. Dasson. Les trois figures de femmes, que n’aurait pas désavouées Clodion, ne sont pas groupées comme celles du maître en des attitudes symétriques ; elles portent par un mouvement naturel la sphère sur laquelle deux enfants se penchent et indiquent les heures inscrites sur des cercles tournants. »

Une pendule du même modèle est présentée à l’Exposition internationale de Moscou en 1891, et une autre, datée de 1887, avec un socle en porphyre, acquise par la famille Vanderbilt et placée dans le grand hall de la demeure de Hyde Park (Etat de New York).

Le groupe des Trois Grâces est une création originale d’après un modèle XVIIIe du fondeur François Vion. Un dessin pour une pendule aux Trois Grâces, signé Vion et daté de 1770, peut-être d’après un modèle de Falconet, est conservé à la bibliothèque Doucet (Paris, Institut national d’Histoire de l’art, VI E 15, Rés. fol. 20/1), sous le titre « Pièce de bureau. Le temps qui passe entre l’amour et les Grâces ».

Biographie

Ebéniste et bronzier établi au n°106 rue Vieille-du-Temple à Paris, Henry Dasson exécuta de somptueuses copies de meubles royaux du XVIIIème siècle et quelques créations d’inspiration similaire. Ses meubles et objets d’art étaient ornés des plus beaux bronzes, dorés au mercure. Dasson acheta le fonds d’atelier du célèbre ébéniste parisien Charles Winckelsen, après sa mort survenue en 1871, et produisit principalement dans les styles rocaille et néoclassique. Il participa brillamment aux différentes Expositions Universelles, comme à celle de 1878 à Paris, où il fut particulièrement remarqué par le jury en exposant une copie du célèbre bureau de Louis XV (original conservé au Château de Versailles) admirée pour sa grande délicatesse, ainsi que des objets décoratifs et une table de style Louis XVI, réalisée tout en bronze et considérée comme « un chef-d’œuvre de ciselure ». A l’Exposition Universelle de 1889, Dasson obtint un grand prix pour ses meubles jugés admirables. Il cessa d’exercer en 1894.

Muséologie
  • – Une pendule du fondeur-ciseleur Vion et de l’horloger Lepautre, exécutée d’après le dessin ci-dessus, est conservée au château de Fontainebleau (F918C). (voir J.-P. Samoyault, Le Mobilier du Général Moreau, Paris, 1992, p. 42, fig. 33). Elle est reproduite dans L’Art pour tous, n°543, 30 janvier 1883, p. 2270.
  • – Une pendule de ce modèle est conservée au musée du Louvre (OA 5433).

 

 

On répertorie trois exemplaires de la pendule de Dasson aux Trois Grâces, dont une aux figures de Grâces entièrement dorées, et une avec un socle d’améthyste, signée Henry Dasson et datée de 1881.

Bibliographie

Falize, « Exposition universelle. Les industries d’art au champ de Mars », Gazette des Beaux-arts, 1878-2, p. 608
Camille Mestdagh, L’ameublement d’art français. 1850-1900, Paris, 2010, p. 130-135.
H. Ottomeyer, P.Pröschel et al., Vergoldete Bronzen, München, 1986, vol. I, p. 179, ill. 3.7.4.
P. Tardy, La Pendule française. Des origines à nos jours, Paris, vol. II, p. 94-95.
P. Verlet, Les Bronzes dorés français du XVIIIe siècle, Paris, 1987, p. 261 (ill. 296), et p. 279 (ill. 308-310).

Contactez nous