X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

ref. 0805/6

A. Perret & E. Vibert

“La Maison des Bambous”

Créateur & Marchand-éditeur

(Maison active à partir de 1872)

attribué à

Cabinet Japonisant

France

Circa 1885

Haut. : 166 cm ; Larg. : 65 cm ; Prof. : 33 cm

Très beau cabinet-étagère de style japonisant, réalisé en bois teinté sculpté, gravé et rechampi or. Les colonnettes en façade sont ponctuées d’étagères asymétriques, dont les consoles décoratives sculptées sont en forme de dragons. Les façades du tiroir et du vantail ouvrant sur une étagère, sont délicatement ornées d’un décor en laque, ivoire et nacre, composé de feuillage, d’arbres fleuris et d’un jardinier aux abords d’un temple shintoïste.

Biographie

En 1872, Alfred Perret et Ernest Vibert ouvrent à Paris, au 33 rue du Quatre-Septembre un magasin qui propose à ses débuts des “meubles en bambou naturel et sièges de jonc” ainsi que toutes sortes de garnitures textiles pour l’ameublement. Ce mobilier destiné aux jardins d’hiver et terrasses des belles demeures remporte alors un franc succès. Ils développent leur activité vers 1884 avec la réalisation de mobilier japonisant, très proche de celui exécuté alors par Gabriel Viardot (1830-1906). En 1886, la société qui apparaît dans la catégorie des “Chinoiseries et Japoneries”, propose, outre ses meubles et sièges de création, de véritables objets d’art et meubles avec incrustations en provenance d’Extrême-Orient ; une activité qui prendra rapidement de l’expansion. Leur mobilier de fantaisie exotique présenté aux Expositions Universelles de Paris en 1889 et 1900, les récompensera de deux médailles d’argent. En 1894, l’entreprise figure sous le nom de “Perret et Vibert”, dirigée alors par le fils d’Alfred Perret et Ernest Vibert. Ils remanient la même année leur magasin de la rue du Quatre-Septembre en créant dix nouveaux salons, montrant ainsi des ensembles complets de mobilier d’inspiration japonisante et chinoisante. Ce n’est qu’en 1895, qu’apparaît le nom connu de la société : la “Maison des Bambous”, qui organise dans leurs magasins, une “exposition des meubles et sièges de campagne pour châteaux et villas” qui est visitée par l’impératrice Eugénie afin de meubler sa villa Cyrnos du Cap Martin. Il apparaît que cette dernière était une cliente régulière de la “Maison des Bambous” puisqu’elle y achète à plusieurs reprises du mobilier. En octobre de la même année, c’est le roi de Grèce Georges Ier, qui se rend rue du Quatre-Septembre et “choisit une variété de ces jolis petits meubles et sièges en bois sculpté et en bambou décoré” ainsi que plusieurs pièces en bronze et en porcelaine du Japon destinés à garnir son Palais d’Hiver près d’Athènes. Quant au richissime Américain Mr Vanderbilt, il demande à la maison Perret-Vibert, pour l’embellissement de son hall et de sa serre à New-York, une idéale collection de sièges en rotin souple, laqué blanc et or et des objets d’art de provenance japonaise. La “Maison des Bambous” qui a déjà une succursale en 1910 au 170 boulevard Haussmann, y déménage définitivement son siège en 1917, pour y rester jusqu’à sa fermeture en 1994.

Contactez nous