X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Votre message

ref. 0912/1

P.-M. Beyle

Peintre

(1838-1902)

“Un bazar à la casbah d’Alger”

Signé Beyle

Ecole Française

Huile sur toile

Dimensions avec cadre : Haut. : 127 cm ; Larg. : 98 cm

Beyle Salon 1877Tableau exposé au Salon de 1877
(Référencé sous le n°207, dans le Catalogue du Salon des Artistes vivants, 1877, p.27)

Grande scène animée, représentant une jeune femme avec une aiguière et son bassin à l’étal d’un marchand. A ses pieds une femme vend des oranges. En choisissant une scène de la vie quotidienne prenant place dans une architecture locale, l’artiste trouve ici un prétexte pour évoquer la ville d’Alger et par extension l’Orient alors en vogue à cette époque.

Biographie

Pierre-Marie Beyle (1838-1902) né à Lyon, vient à Paris pour y suivre ses études, et devient à partir de 1865 un illustrateur indépendant, collaborant pendant cinq ans à des périodiques humoristiques. Puis il peint des scènes de cirque, croquées sur le vif tandis qu’il suit les baladins itinérants, et présente pour la première fois ses œuvres au Salon de 1867. Suite à un voyage en Algérie dans les années 1870, Beyle envoie au Salon ses peintures pour y être exposées, comprenant des épisodes historiques et des tableaux ayant pour thème : la casbah d’Alger. Au Salon de 1877, l’artiste expose deux tableaux, dont celui-ci Un bazar à la Casbah d’Alger et Yamina, mauresque d’Alger. En 1878, il présente La Parure de la mariée. Le peintre parisien se passionne ensuite pour la Normandie, où ses sujets principaux sont la côte dieppoise et la vie des pêcheurs. Beyle participe à l’Exposition Universelle de 1900 et enverra encore des œuvres au Salon jusqu’en 1902.

Muséologie

De nombreux musées conservent des tableaux de Pierre-Marie Beyle, tels le musée des Terres-Neuvas et de la Pêche à Fécamp (La Mauvaise nouvelle, Les Brûleuses de varech, Sur la jetée), le Musée d’Art et d’Histoire à Rochefort (Les vacances de Pâques), le musée municipal de Valence (Bayard et les jeunes filles de Brescia), ou la National Gallery of Victoria, à Melbourne, Australie (La Derniere étape de Coco).

Bibliographie

Bénézit, Ed. Gründ, 1999, t. II, p° 270.

Les petits maîtres de la peinture, 1820-1920, G. Schurr, Editions de l’Amateur, Paris, 1996.

Le femme dans la peinture orientaliste, Lynne Thornton, ACR Édition, Paris, 1985, p° 219.

Les Orientalistes, Exposition à la galerie Gary-Roche, catalogue, Lynne Thornton, Paris 1992, n°10.

Contactez nous