Retour Contactez-nous

L. Oudry
Paire de cache-pots néoclassiques

ref. 1508/8

Prénom

Nom

Email

Votre message

ref. 1508/8

L. Oudry

Bronzier

(Actif à partir de 1854)

Paire de cache-pots néoclassiques

Signé Oudry & Cie, Pres Editeurs, Déposé

France

Circa 1860

Haut. : 28 cm ; Diam. : 22,5 cm

Très belle paire de cache-pots de style Louis XVI réalisés en bronze argenté et bronze doré. Chacun d’eux, pourvu d’anses mobiles, est orné en relief de rinceaux feuillagés, de rubans, de feuilles de laurier et de médaillons. L’ensemble repose sur un piédouche décoré d’acanthes.

Biographie

Léopold Oudry fonde en 1854 son atelier électrochimique dans le village d’Auteuil (annexé à Paris en 1860), au n°10 rue Cuissard (aujourd’hui rue Félicien David). En 1855, Oudry est déjà connu pour ses vases et statuettes en fonte recouvertes de cuivre pur déposé par galvanoplastie, procédé dont l’orfèvre parisien Charles Christofle avait acheté les brevets dès 1839. Jean-Charles Alphand, directeur de la voie publique et des promenades de Paris sous Napoléon III, voit aussitôt tout le parti qu’il peut tirer de ce système pour l’embellissement et la conservation des fontaines monumentales et des candélabres publics. Oudry obtient ainsi la commande de cuivrage galvanique de tous les objets et monuments de fonte de la ville de Paris. L’atelier de la rue Cuissard ne convenant plus, Oudry crée une grande usine électrochimique au n°10 bis route de Versailles, employant en moyenne 150 ouvriers. Participant aux célèbres Expositions Universelles, Léopold Oudry gagne une médaille de 2nde classe à Paris en 1855. En 1861, il exécute un véritable tour de force : le cuivrage des deux fontaines monumentales de la place de la Concorde, érigées par Hittorff en 1838 et qui devaient être repeintes tous les ans. A l’Exposition Universelle de Londres en 1862, Oudry expose des objets décoratifs, tels des vases, des candélabres et des statuettes en bronze ou fer cuivrés ou bronzés selon la même technique. Dans les années 1880, l’usine sera rachetée par Antoine Durenne, le spécialiste de la fonte de fer à Sommevoire.

Bibliographie

« La petite sculpture au XIXe s. Les éditeurs », Bernard Metman, Archives de l’Art français, 1989, t. XXX,.