X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Votre message

ref. 2007/44

J.-D. Court

Peintre

(1797-1865)

“Jeune femme Napolitaine”

Inscrit au revers “Tête peinte par Court, Grand Prix de Rome en 1821,
Elève du Baron Gros”

Ecole Française

Circa 1840

Huile sur toile

Dimensions avec cadre : Haut. : 91 cm ; Larg. : 79,5 cm

Portrait présentant une jeune Italienne vêtue de son costume et de sa coiffe traditionnelle de Naples.

Biographie

Joseph-Désiré Court (1797-1865), peintre d’histoire et de portraits français, entre à l’école municipale de dessin de Rouen où il se fait remarquer par de rapides progrès. Il passe ensuite dans l’atelier du célèbre peintre Antoine-Jean Gros (1871-1835), auprès duquel il apprend la puissance du coloris. Désirant par-dessus tout visiter Rome pour y compléter son éducation artistique, Court remporte en 1821 le grand prix de peinture avec Samson livré aux Philistins par Dalila, (conservé à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris). C’est de Rome qu’il envoie aux expositions parisiennes, la Mort de César en 1824 (musée Fabre de Montpellier) qui connaît un retentissement considérable et dont l’État se porte acquéreur, puis Une Scène du Déluge en 1827 (musée des beaux-arts de Lyon). En 1828, l’Académie de Rouen lui commande un tableau destiné à orner sa nouvelle salle des séances : Corneille accueilli au théâtre par le grand Condé, qui vaudra à Court une médaille d’or. Le gouvernement français de 1830 met au concours la décoration de l’hémicycle de la nouvelle salle de la Chambre des députés et Court y remporte le prix pour le deuxième sujet. Ce peintre académique formé auprès de maîtres néoclassiques se caractérise par sa facture lisse et parfaite, sa grande maîtrise du dessin, tout autant que par l’harmonie et l’équilibre des coloris et de la composition. Il a un talent tout particulier pour le portrait et les commandes affluent dans son atelier, dont celles émanant des souverains, tels le Roi Louis-Philippe, sa sœur Mme Adélaïde, le Roi et de la Reine de Danemark, le tsar de Russie Nicolas Ier et du pape Pie IX. Il obtient la Légion d’Honneur en 1838. Revenu dans sa ville natale, l’artiste est nommé en 1853 conservateur du musée des beaux-arts de Rouen. Il exposera néanmoins régulièrement au Salon jusqu’en 1863.

Museologie

– 18 panneaux peints en 1841 pour le Premier Salon de l’Hôtel-de-Ville de Paris.

– Saint-Pierre, au pouvoir des Romains, s’embarquant pour Jérusalem (Paris, Eglise Saint-Louis).

– Coupole de la Cathédrale Saint-Isaac (Saint-Pétersbourg, Russie).

– Le Roi Louis-Philippe distribuant les drapeaux à la garde nationale et Le Mariage du Roi des Belges, Léopold Ier, avec la princesse Louise d’Orléans (Versailles, musée de l’histoire de France).

– Charlotte Corday entrant chez Marat (Alençon, musée des beaux-arts et de la dentelle).

– Portrait de la princesse Louise d’Orléans, reine des Belges (Chantilly, musée Condé).

– Femme couchée sur un divan, 1829 (Montpellier, musée Fabre).

Bibliographie

Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Bénézit, éd. Gründ, 1999, vol. IV, p. 22.

Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences et Arts de Rouen, M. Decorde, Rouen, H. Boissel, p. 140-7.

Contactez nous