X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Votre message

ref. 1505

J. Calamatta

Peintre

(1817-1893)

“Philippa de Hainaut, Londres 1333”

Signé J. Calamatta

Ecole Française

Circa 1860

Huile sur toile

Dimensions avec cadre : Haut. : 238 cm ; Larg. : 210 cm

Scène figurant Philippa de Hainaut, reine d’Angleterre, présentant à la ville de Londres en 1333 sa fille Jeanne d’Angleterre, aux côtés de son frère Édouard IV, dit le Prince noir et sa sœur Isabelle d’Angleterre. Philippa de Hainaut, épouse du roi Édouard III d’Angleterre, figure de légende du XIVème. pour la somptuosité de sa garde-robe, sa gentillesse et sa compassion en persuadant son royal époux d’épargner la vie des bourgeois de Calais. Tableau présenté dans un somptueux grand cadre en bois doré.

Biographie

Joséphine Calamatta (1817-1893) née Joséphine Raoul-Rochette à Paris, petite-fille du sculpteur Jean-Antoine Houdon (1741-1828) fut l’élève du peintre Hippolyte Flandrin (1809-1864) et de son époux Luigi Calamatta (1801-1869), artiste graveur et professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, lui-même élève de Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867). C’est donc naturellement que Joséphine Calamatta, suit les préceptes d’Ingres et réalise des scènes de genre sentimentales, des portraits et des sujets religieux au dessin affirmé, tout en mêlant à ses allégories un aspect symboliste. Mariée depuis 1840, Joséphine quitte son mari Luigi et sa fille Lina pour rester à Paris en 1852 et vivre sa vie d’artiste au n°3 rue J-J Rousseau, puis au n°24 rue Vintimille. Amie de l’écrivaine George Sand (1804-1876), elle fréquente sa maison de Nohant. Débutant au Salon de 1842, Joséphine Calamatta y remporte une médaille de 3ème classe pour La Vierge et l’Enfant-Jésus. Une médaille de 2ème classe confirme son talent au Salon de 1845 pour Femme à sa toilette et Charles Baudelaire la cite dans sa Critique du Salon de 1846 en écrivant qu’elle était connue pour la sévérité de son style et ses tendances préraphaëlites. Elle obtient la grande médaille d’or à l’Exposition Universelle de Paris en 1867. Joséphine Calamatta expose « hors concours » au Salon à partir de 1875 jusqu’en 1880. Elle entre en religion à la fin de sa vie sous le nom de sœur Marie-Josèphe de la Miséricorde.

Museologie

– Sainte Cécile de Rome, 1845, Musée Ingres, Montauban.

– Portrait de Padre Calamatta, Musée de la Vie Romantique, Paris.

– Portrait de ma fille Lina en Italienne, Musée Carnavalet, Paris.

– Portrait de Lucio Lelli, Musée de Saintes.

– La Vierge et l’Enfant Jésus, 1850, église de Saint-Simon (Aisne).

Provenance

Collection de l’écrivain portugais Adelino Augusto Tavares

Bibliographie

1820-1920 – Les Petits Maitres De La Peinture, G. Schurr, Les Editions de l’amateur, Paris, 1975, p. 220.

Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Bénézit, éd. Gründ, 1976, vol. II, p. 451.

« Joséphine Calamatta, élève d’Ingres et mère de Lina », Les Amis de George Sand, Anne Chevereau, 1986, n°7, pp.25-30.

Critiques, Le Salon de 1846, Charles Baudelaire, p.34.

Ingres et la famille Raoul-Rochette, Hans Naef, Bulletin des amis du musée Ingres, n°14, p.18.

Contactez nous