X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

ref. 1455

G. JACOB

Menuisier
(1739-1814)
D’après

Important Salon

France
Circa 1880

Important salon de style Louis XVI d’après le modèle par G.Jacob fait pour le Château de St Cloud en 1788.

Ce magnifique ensemble en bois doré, richement sculpté comprend, un canapé et quatre larges fauteuils à dossiers carrés dits « à la Reine ». Ce salon est tapissé de tableaux d’une soie brodée à rehaut de fil d’or.

L’ensemble est exécuté d’après le Salon Louis XVI des Jeux du Château de Saint-Cloud réalisé en 1788 par l’ébéniste et menuisier en siège Georges Jacob (1739-1814) et le doreur Louis-François Chatard (ca.1749-1819). © Metropolitain Museum. N° d’inv. 07.225.107

Composée de plus de soixante pièces, cet ensemble a été commandé le 31 Octobre 1787. Le menuisier Georges Jacob initialement fourni dix-huit fauteuils, douze avec le dos droit destinés à être placés le long des murs (fauteuils à la Reine) et six avec le dos en forme pour une utilisation dans le centre de la pièce (fauteuils en cabriolet). Le 21 Février 1788, quatre autres fauteuils à la Reine furent commandés pour le salon des jeux. L’exemplaire conservé au Metropolitain Museum, New York, N° d’inv. 07.225.107, tamponné par Jacob, est l’un de ces derniers. Une paire de ces fauteuils est également conservée au Musée du Louvre (OA 9449 a, 9449 b).

Le Château de Saint-Cloud fut construit par Jules Hardouin-Mansart à la fin du XVIIe siècle pour Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV. Marie-Antoinette acheta le château en 1785. Des travaux de réaménagement furent entrepris sous la direction de l’architecte Mique. Puis eut lieu une campagne de remeublement. L’ensemble des douze fauteuils de Jacob était placé dans le salon des jeux, pièce axiale du château, éclairée par trois croisées sur la cour d’honneur.

Biographie

Après être reçu maître en 1765, Georges Jacob (1739-1814) travaille de 1773 à la Révolution pour le Garde-Meuble de la Couronne. Sa clientèle est des plus brillantes avec Louis XVI et la reine Marie-Antoinette, la famille royale, en particulier le comte de Provence, futur Louis XVIII, le comte d’Artois, futur Charles X, le prince de Condé, le duc de Penthièvre et les cours étrangères. En 1785, il crée les premières chaises en acajou, dites « à l’anglaise », pour le comte de Provence. Il lance le style étrusque en livrant en 1788 le mobilier « à l’étrusque » en acajou sculpté pour la laiterie du château de Rambouillet. Il participe également à l’ameublement du Petit Trianon à Versailles. Georges Jacob passera la période révolutionnaire sans être inquiété grâce au peintre David. Il prend sa retraite en 1796, laissant son atelier à ses fils, Georges fils et François-Honoré, qui créent l’entreprise Jacob Frères Rue Meslée, fabriquant des meubles et sièges de style Directoire et Consulat. Devant leur succès, Georges interrompt sa retraite pour aider son fils à fournir les meubles des résidences impériales de Napoléon Ier. François-Honoré prendra le nom de Desmalter à la mort de son père, en souvenir de la propriété familiale en Bourgogne.

Muséologie

– Metropolitain Museum, New York

– Musée du Louvre, Paris

Bibliographie

– Verlet Pierre, Le mobilier royal français, Paris, 1955, pp. 152-154, pl. XXXVI-XXXVII

– Catalogue de l’exposition Vingt ans d’acquisition au Musée du Louvre 1947-1967, n 285

– Pallot Bill, Le Mobilier du Musée du Louvre, tome 2, Dijon, 1993, pp. 166-168

Contactez nous