X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Votre message

ref. 1508/14

A.V. Geoffroy-Dechaume

Dessinateur & Sculpteur

(1816-1892)

F.J. Rudolphi

Orfèvre

(1816-1892)

Coffret à bijoux

France

Circa 1850

Haut. : 24 cm ; Larg. : 24,5 cm ; Prof. 19,5 cm

Rare coffret à bijoux en argent partiellement doré, émaillé et serti de perles et de pierres fines. Avec un tiroir plat en partie basse, le coffret garni de sa soie d’origine s’ouvre sur le dessus par un abattant décoré d’un médaillon représentant Vénus à sa toilette.

Coffret à Bijoux Geoffroy-Dechaume & Rudolphi objets Tobogan Antiques Paris antiquités XIXe siècleLa même scène, travaillée en repoussé, décore le coffret dessiné par Geoffroy-Dechaume, exécuté par Rudolphi et présenté à l’Exposition Universelle de Londres en 1851 (conservé au Victoria and Albert Museum, Londres, Inv.156-1851).

Notre coffret est coiffé d’un couvercle amovible, présentant comme une véritable scène sculptée Judith et Holopherne : Judith, jeune veuve d’une extraordinaire beauté, voulant sauver sa ville assiégée par le général Holopherne, décide de le décapiter après l’avoir charmé et enivré. Une frise courant autour du couvercle est ornée en ajours une scène naturaliste de petites musaraignes mangeant des baies et des œufs dénichés dans les arbres.

Coffret à Bijoux Geoffroy-Dechaume & Rudolphi objets Tobogan Antiques Paris antiquités XIXe siècleCette mise en scène de personnages en ronde bosse, composés de perles et d’argent, est à rapprocher de la pendule qui valut à Rudolphi et Geoffroy-Dechaume une médaille d’or à l’Exposition des produits de l’industrie de 1849 (aujourd’hui conservée au musée du Louvre, Inv OA 11909). Celle-ci est ornée à son sommet d’une scène représentant Le Massacre des Innocents.

Biographie

Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume (1816-1892). Cet dessinateur et sculpteur français, né le 25 septembre 1816 à Paris, suivra les cours de l’Ecole gratuite de dessin avant d’intégrer, en 1831, l’Ecole des beaux-Arts de Paris. Il deviendra l’élève des célèbres sculpteurs David d’Angers (1788-1856) et de James Pradier (1790-1852). Il se consacre d’abord aux objets d’art avant de s’orienter vers l’art médiéval. C’est ainsi qu’il dessine et modèle des pièces d’orfèvrerie extrêmement raffinées où l’émail tient une place importante. Il collabore ensuite à la restauration de monuments gothiques (statues en pierre des Apôtres de la Sainte-Chapelle et de Notre-Dame de Paris).

Frédéric-Jules Rudolphi (1808-1872) se classe aux côtés de François-Désiré Froment-Meurice (1802-1855) et Jules Wièse (1819-1890) comme l’un des représentants éminents de l’orfèvrerie romantique française, qui avait été techniquement et stylistiquement conçue par Charles Wagner (1799-1842) et Jacques-Henri Fauconnier (1776-1839) durant les années 1820-1830. Né à Copenhague en 1808, Rudolphi a travaillé sous la direction puis a collaboré avec Charles Wagner. À la mort de ce dernier en 1842, Rudolphi a continué son atelier et en 1849, il a participé aux Expositions des produits de l’Industrie de Paris, d’abord sous le nom de Wagner, puis directement sous le sien. Dans le même temps, il collaborait avec des dessinateurs, des sculpteurs, des orfèvres et des graveurs tels qu’Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume. En 1851, avec l’orfèvre Froment-Meurice, Rudolphi exposait en Angleterre à l’Exposition Universelle du Crystal Palace où il reçut une médaille du Conseil. Dans ses somptueuses pièces de joaillerie ou de décoration souvent ornées de personnages, et admirées alors par ses contemporains pour l’excellence de leur conception, Rudolphi adoptait les motifs néo-gothiques et néo-renaissance, combinés à des éléments de style surnommé « Second Rococo ».

Contactez nous