X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

ref. 958/9

G. Servant

Bronzier

(1828-c.1890)

attribué à

Paire de sellettes néo-Grecques

France

Circa 1870

Haut. : 88 cm ; Diam. : 50 cm

Paire de hauts guéridons réalisés en bronze patiné et bronze doré. Composé chacun de trois pieds griffes, surmontés de têtes de félin stylisés, ornés de rangs de perles et joints entre eux par une fine entretoise feuillagée. Plateau circulaire en bronze.

Paire de sellettes néo-Grecques Servant Tobogan Antiques Paris antiquités XIXe siècleOn retrouve la même tête de félin posée en applique, ici sur le « Vase de Bacchus », présenté par G. Servant à l’Exposition Universelle de 1867.
(Reproduit dans les « Merveilles de l’Exposition Universelle de 1867 », Jules Mesnard, p°167)

Biographie

Georges Emile Henri Servant (1828-c. 1890) succède à son père dès 1855 à la tête d’une fonderie rue Vieille-du-Temple à Paris. Il se spécialise dans la production non seulement de pendules néo-Egyptiennes, alors très populaires en France depuis les années 1860, mais aussi de mobilier et d’objets décoratifs de style Grec. Déjà très remarqué par le public et la critique pour ses bronzes de grande qualité à l’Exposition Universelle de Paris en 1855, puis à celle de Londres en 1862, G. Servant exporte dès cette époque jusqu’à 40% de sa production, principalement vers les Etats-Unis. Ses œuvres néo-Grecques et Egyptiennes lui valent la médaille d’or à l’Exposition Universelle de Paris en 1867 (Les Merveilles de l’Exposition Universelle de 1867, t. II, p° 165 & 167), puis c’est en 1874 que lui vient la consécration, avec sa nomination au rang de chevalier de la Légion d’honneur. A l’Exposition Universelle de 1878, G. Servant qui est alors membre du Jury de la classe des bronzes d’art, expose néanmoins des vases et des petites pièces de mobilier en bronze, qui retiennent une fois de plus l’admiration générale. Il prend finalement sa retraite peu avant l’Exposition Universelle de 1889.

Contactez nous