X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Votre message

ref. 0702/128

Charles-Louis Clérisseau

Architecte

(1721-1820)

Etienne de Lavallée

Peintre

(1733-1793)

attribué à

Rare suite de six panneaux néoclassiques dits “Arabesques”

France

Circa 1780

Huile sur toile et huile sur panneau

Haut. : 179 cm ; Larg. : 177 cm (6 panneaux de 29,5 cm)

Provenance :

Probablement réalisés pour le grand salon de l’hôtel particulier de Laurent Grimod de La Reynière (1733-1793), rue Boissy d’Anglas (Paris 8e).

 

Suite de six panneaux néoclassiques Grimod de la Reynière peinture tableau Tobogan Antiques Paris antiquités XIXe siècleGravure Lavallée-Poussin 2Les Panneaux :
Ces six panneaux présentent un décor néoclassique composé d’arabesques et de médaillons ornés de scènes à l’antique. Ces peintures sont animées de personnages, vases, lambrequins, rongeurs et rinceaux végétaux qui se détachent sur un fond blanc.

Les importantes volutes d’acanthe ornant quatre de ces panneaux sont habitées de petits rongeurs courant sur leur feuillage.
On retrouve sur la gravure d’un dessin préparatoire composant une partie du décor de l’hôtel Grimod de La Reynière peint par Etienne de Lavallée, les mêmes acanthes habitées par des rongeurs représentées sur nos panneaux.
(Planche gravée, à la composition attribuée au peintre Etienne de Lavallée, Collection Maciet, Bibliothèque des Arts Décoratifs, Paris.)

 

Aquarelle hotel grimod de la reynièreUn précieux dessin aquarellé fait en 1782 par l’architecte polonais Jan Christyan Kamsetzer (1753-1793) lors de sa visite à l’hôtel Grimod de La Reynière, nous permet d’admirer l’ensemble des panneaux de boiserie, tels qu’ils furent réalisés pour le grand salon par Charles-Louis Clérisseau et Etienne de Lavallée. Il est intéressant de constater que la composition alterne des panneaux similaires à frises d’acanthes verticales avec de plus larges panneaux à médaillons centraux. Ce superbe ensemble de panneaux d’arabesques et médaillons historiés constituait alors le premier décor néoclassique de l’époque (Dessin conservé au Département des dessins, Bibliothèque de l’Université de Varsovie, Pologne (Inv. Zb.d. 8137 – Royal collection T. 173 n° 249).

Le salon de l’Hôtel Grimod de La Reynière :
Laurent Grimod de La Reynière, fermier général et administrateur général des Postes, est un financier des règnes de Louis XV et de Louis XVI. Enrichi durant la Guerre de Sept Ans (1756-1763), il occupe d’abord un hôtel particulier rue Grange-Batelière avant d’acquérir en 1769 un terrain situé rue Boissy d’Anglas pour y faire construire son nouvel hôtel particulier. En juin 1779 ce dernier est prêt à être décoré et la décoration du grand salon est alors confiée à Charles-Louis Clérisseau et Etienne de Lavallée. Ils y exécutèrent un décor néoclassique composé d’arabesques et de peintures historiques dans des médaillons alternant des rinceaux verticaux – décor qui fut le premier créé de ce type, le style arabesque se développant ensuite en France dans les années 1780-1790.

Clérisseau, Lavallée-Poussin, V&A W.2-1957 2

L’hôtel Grimod de La Reynière, racheté en 1928 par le Gouvernement américain, fut à cette date rasé pour y construire l’ambassade des Etats-Unis. L’organisation du décor de l’hôtel nous est cependant connue grâce aux dessins de Jan Christyan Kamsetzer. Les boiseries constituant le décor du grand salon furent dispersées au milieu du XIXe siècle; une partie fut transférée à Ashburnham Place (Sussex), sans doute à la demande du 4e Comte d’Ashburnham qui résidait à l’hôtel Grimod de La Reynière comme ambassadeur. Acquis en 1955 par le National Art Collection Fund lors de la vente du domaine d’Ashburnham, ces panneaux furent ensuite offerts au Victoria and Albert’s Museum de Londres où ils sont aujourd’hui conservés (Inv. W.2-1957).

Biographies

Etienne de Lavallée, dit Lavallée-Poussin (1733-1793): d’abord élève de Jean-Baptiste Descamp (1714-1791) puis de Jean-Baptiste-Marie Pierre (1714-1789), peintre du Roi, Etienne de Lavallée devient en 1762 étudiant de l’Académie de France à Rome. C’est au cours de ce séjour en Italie qu’il s’initie à la peinture de paysage pour laquelle il adopte un style proche de celui de Nicolas Poussin (1594-1665) ce qui lui vaudra le surnom de “Lavallée-Poussin”. Poursuivant sa vie à Rome, il devient membre de l’Académie des Arcades avant de revenir à Paris en 1777. Il participe alors avec Charles-Louis Clérisseau à la décoration de l’hôtel Grimod de la Reynière pour le décor d’arabesques du grand salon; il collabore aussi avec la manufacture des Gobelins à laquelle il livre des cartons de tapisserie sur le thème de l’Histoire d’Alexandre et de La conquête des Indes. En 1787 il publie une Nouvelle collection d’arabesques propres à la décoration des appartements, un recueil d’ornement en 10 cahiers qui remporte un certain succès (réédité en 1806). Etienne de Lavallée sera reçu en 1789 à l’Académie Royale de Peinture à la fin de sa carrière.

Charles-Louis Clérisseau (1721-1820): élève de l’architecte Germain Boffrand (1667-1754), Charles-Louis Clérisseau remporte le Prix de Rome en 1751. Il met à profit sa formation d’architecte lors de son voyage en Italie au cours duquel il dessine de nombreux monuments antiques; c’est à cette occasion qu’il fait la connaissance de Robert Adam (1728-1792), initiateur du retour à l’antique en Angleterre, avec lequel il fit son Grand Tour. De retour en France, il participe avec Etienne de Lavallée à la décoration de l’hôtel Grimod de la Reynière. Peintre, il n’abandonne cependant pas l’architecture et donne des plans à Catherine II de Russie (1729-1796) pour une villa à l’antique (qui ne sera jamais construite); cette dernière le nomme alors architecte de la Cour Impériale de Russie et membre de l’Académie Impériale des Beaux-Arts. Par ailleurs entre 1785 et 1789 il fait une maquette pour l’ambassadeur des Etats-Unis à Paris, Thomas Jefferson (1743-1826), qui inspirera ce dernier pour la construction du Capitole de l’Etat de Virginie.

Muséologie

Eléments de boiseries réalisés par Charles-Louis Clérisseau et Etienne de Lavallée, provenant du décor du grand salon de l’hôtel Grimod de la Reynière, conservés au Victoria and Albert Museum, Londres (Inv. W.2-1957).

Bibliographie

Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, Thieme-Becker, Verlag E. A. Seeman, 1907-1953.

– Collection Maciet, N°229/12, Arabesques, France XVIIIe siècle, Artistes G à M, Bibliothèque des Arts Décoratifs, Paris.

Charles-Louis Clérisseau and the Genesis of Neo-Classicism, Thomas J. Mc Cormick, 1990, p. 163-178.

Le salon de M. de La Reynière nouvellement décoré par M. Clérisseau, in Almanach des artistes, 1777, p. 84-86.

La décoration de l’hôtel de La Reynière d’après les dessins de l’architecte polonais Kamsetzer, in Bulletin de la société de l’Histoire de l’Art Français, 1937, vol. I, p. 7-16.

Contactez nous