X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

ref. 1307/68

E. Delaplanche

Sculpteur

(1836-1891)

“Agar”

Signé Delaplanche sur la terrasse

Ecole Française

Circa 1880

Haut. : 100 cm ; Larg. : 33 cm ; Prof. : 22 cm

Groupe sculpté en marbre blanc de Carrare. Dépeint la scène relatée dans la Bible où Agar, esclave égyptienne et concubine d’Abraham, accompagnée de son fils Ismaël, part pour le désert.

Biographie

Élève de Francisque Duret (1804-1865), Eugène Delaplanche est prix de Rome et pensionnaire à la Villa Médicis à Rome de 1864 à 1867. Artiste au talent souple et savant, Eugène Delaplanche est particulièrement apprécié durant le Second Empire. Mais alors que sous Napoléon III, sensualisme, abondance des formes et étude du mouvement dominent, Delaplanche appartient à un groupe de jeunes sculpteurs un peu en retrait, perçu comme plus classique. Chez la plupart de ces artistes, l’horreur de la théorie s’allie à un attachement aux compositions savantes et une répugnance à l’égard du Réalisme. Il expose à plusieurs reprises au Salon des Artistes Français, notamment au Salon de Paris de 1877. En 1878, il obtient la Médaille d’honneur.

Muséologie

Plusieurs œuvres majeures d’Eugène Delaplanche sont actuellement conservées dans les musées français, tels à Paris, au Musée d’Orsay (Vierge au lys, marbre ; L’Afrique, 1878, bronze, sur le parvis du musée ; Ève après le péché, 1869, marbre ; Ève avant le péché, vers 1891, marbre), au Musée des Beaux-Arts de Marseille (Enfant monté sur une tortue, 1866, bronze), au Musée Antoine Vivenel à Compiègne (Allégorie de l’Air, bronze ; Allégorie de l’Eau, bronze), ainsi qu’au Musée Crozatier du Puy-en-Velay (Étude d’une tête de moine, vers 1870, marbre). On conserve également de l’artiste, L’Éducation maternelle, 1875 au square Samuel-Rousseau à Paris (7ème arrondt.), La Musique, 1870, placée devant l’Opéra Garnier et d’autres œuvres au Palais du Trocadéro. Dans les arts décoratifs, Eugène Delaplanche sculpta en 1865 les reliefs du cabinet présenté par Antoine Kneib à l’Exposition Universelle de Paris en 1867, et acquis par la marquise de Païva (Musée des Arts décoratifs de Paris, inv. 21506).

Contactez nous