Retour Contactez-nous

C.G. Winckelsen
Secrétaire de style Louis XVI

ref. 0702/42

Prénom

Nom

Email

Votre message

ref. 0702/42

C.-G. Winckelsen

Ebéniste

(1812-1871)

Secrétaire de style Louis XVI

Signé Chles Winckelsen, 21 rue Saint-Louis (Au Marais)

France

Circa 1860

Haut : 138 cm ; Larg. : 88 cm ; Prof. : 41 cm

Exceptionnel secrétaire à abattant de style Louis XVI, exécuté en placage d’amarante et de loupe de thuya, orné de panneaux en laque du Japon et montés de bronzes ciselés et dorés. L’abattant ouvre sur un intérieur à six tiroirs en sycomore et encadrements d’amarante et d’ébène. Coiffé d’un marbre statuaire de Carrare.

Secrétaire de style Louis XVI Winckelsen Tobogan Antiques Paris antiquités XIXe siècleCette belle réalisation est inspirée d’un modèle d’Adam Weisweiler de 1790, conservé au Metropolitan Museum of Art à New York.

Biographie

Né en 1812, Charles-Guillaume Winckelsen ébéniste talentueux du Second Empire, puise comme ses contemporains essentiellement dans le vocabulaire décoratif du XVIIIème siècle. Winckelsen utilise principalement des motifs de style Louis XVI, et les adapte pour créer des pièces de mobilier originales. Les bronzes de Winckelsen sont reconnus par tous pour être de la plus haute qualité. Les ateliers de Winckelsen, situés à Paris au 23 Val-Sainte-Catherine en 1854, sont déplacés en 1860 au 21 rue Saint-Louis dans le Marais, et en 1867, au 49 rue de Turenne. Sa production couvrait une large gamme de produits, du mobilier aux objets d’art et toujours exécutée selon les plus hauts critères de qualité. Par son savoir-faire exceptionnel il est honoré des commandes provenant tant de l’aristocratie que de la haute finance Parisienne. À la mort de Winckelsen en 1871, Henry Dasson (1825-1896) racheta les ateliers et le stock à sa veuve.

Adam Weisweiler (1744-1820) fut reçu Maître-Ebéniste le 26 Mars 1778. Il s’établit rue du Faubourg-Saint-Antoine à Paris. Weisweiler fut l’un des grands maîtres du style Louis XVI. D’origine allemande, il est supposé avoir reçu sa formation dans l’atelier des Roentgen. Il vint en France avant 1777, date de son mariage dans la capitale. Il travailla essentiellement pour les marchands-merciers comme Daguerre, lequel revendait les œuvres de Weisweiler à la reine Marie-Antoinette. D’une très grande habileté technique, il développa un style très personnel en jouant sur les différentes matières comme la pietra-dura, le laque ou les plaques de porcelaine de Sèvres. Une large partie de sa production se trouve dans les collections publiques comme le musée du Louvre, le Musée des Arts Décoratifs à Paris, le Metropolitan Museum of Art à New York.