X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

ref. 1576

A. E. Carrier-Belleuse

Sculpteur
(1824-1887)

Buste de Flore

Signé A. Carrier sur le marbre
France – Circa 1875

Marbre blanc et bronze doré
Haut. 57cm ; Larg. 34cm

Charmant buste de Flore en marbre blanc enchâssé dans un cerclage en bronze doré orné d’une frise. La déesse du printemps y est représentée, visage de trois quarts, les yeux légèrement baissés, une couronne de roses dans les cheveux, retombant sur son col. Le maître a su, comme à son habitude, donner à sa figure un souffle de vie intérieure.

Ce buste est présenté sur une colonne en chêne enrichie d’ornements enroulés en fer patiné et de caducées en bronze doré.

Biographie

Albert-Ernest Carrier-Belleuse (1824-1887), surnommé le « Clodion du XIXème siècle », fut un sculpteur d’une exceptionnelle fécondité, traitant ses sujets décoratifs comme ses portraits avec la même rigueur naturaliste, pleins de charme et de vie. Il entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1840, où il est l’élève de David d’Angers. Dès le début des années 1860 il connaît le succès avec ses sculptures présentées au Salon des Artistes Français. Son Messie, présenté au Salon de 1867, lui vaut la médaille d’honneur et la Croix de la Légion d’Honneur. Parmi les commandes officielles, la ville de Paris, cette « nouvelle » capitale, redessinée par les soins du Baron Haussmann, se pare de quelques-unes des plus belles œuvres de Carrier-Belleuse : l’Abondance du Pavillon de Flore au Louvre (1865), ou la somptueuse décoration du célèbre hôtel particulier de la Marquise de la Païva, situé avenue des Champs-Elysées. Mais c’est surtout avec les statues-torchères du grand escalier de l’Opéra de Paris (1873), récemment construit par Charles Garnier, que Carrier-Belleuse rencontre un immense succès auprès du public parisien. Dans le catalogue de l’Exposition Universelle de 1878, il est fait éloge de son travail, et l’on dit qu’on « vient même de Londres lui demander des modèles ». Ses nombreux bustes, groupes et allégories, ainsi que ses candélabres, vases et pendules, tous d’une ciselure remarquable, connurent sous le Second Empire un succès considérable.

Contactez nous