Retour Contactez-nous

“Borée enlevant Orythie”
& “Pluton enlevant Proserpine”

ref. 0702/11

Prénom

Nom

Email

Votre message

ref. 0702/11

L. Boizot

Sculpteur

(1743-1809)

d’après

“Borée enlevant Orythie”
et “Pluton enlevant Proserpine”

France

Circa 1880

Haut. : 53 & 49 cm ; Larg. : 28 x 27 cm

Rares groupes formant paire, exécutés en bronze patiné, reposant sur des bases en bronze doré à motifs rocaille.

“Borée enlevant Orythie” et “Pluton enlevant Proserpine” Boizot bronze sculpture Tobogan Antiques Paris antiquités XIXe siècle“Borée enlevant Orythie” et “Pluton enlevant Proserpine” Boizot bronze sculpture Tobogan Antiques Paris antiquités XIXe siècleDes groupes similaires sont aujourd’hui exposés à la Wallace collection de Londres (no.inv. S196 et S197) et au musée du Petit Palais à Paris.

C’est en 1786 que Louis Boizot en tant que directeur de l’atelier de sculpture de la manufacture de porcelaines de Sèvres présente les modèles en terre cuite pour deux groupes représentant l’Enlèvement de Proserpine par Pluton et l’Enlèvement d’Orithye par Borée. Boizot réalise peu de temps après la création des fontes en bronze de ces sujets mythologiques en collaboration avec les meilleurs bronziers du temps tels Pierre Gouthière (1732-1813), Pierre-Philippe Thomire (1751-1843) et François Rémond (1747-1812).

Biographie

Louis Boizot (1743-1809), sculpteur français, est l’élève du sculpteur Michel-Ange Slodtz (1705-1764) lorsqu’il remporte en 1762 le premier prix de sculpture. Ce succès lui permet de partir pour Rome en 1765 où il séjournera pendant cinq ans à l’Académie de France. Hormis les commandes impériales de Catherine II de Russie, Boizot travaille majoritairement pour Paris en créant principalement des décors sculptés pour des bâtiments publics tels que le Palais Bourbon (1772) ou l’église Saint-Sulpice (1777). Boizot acquiert toutefois une notoriété certaine lorsqu’il succède Falconet en 1774, à la tête des ateliers de sculptures de la Manufacture de Sèvres où il crée jusqu’en 1785 des petits modèles allégoriques selon les nouveaux canons néo-classiques de l’époque.