X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Votre message

ref. 1508/33

A. E. Carrier-Belleuse

Sculpteur

(1824-1887)

A. Durenne

Fondeur

(1822-1895)

Paire de porte-torchères

Signé A. Durenne et Sommevoire

France

Circa 1880

Haut. : 110 cm ; Larg. : 38 cm ; Prof. : 25 cm

Paire de porte-torchères Carrier-Belleuse Durenne bronze sculpture Tobogan Antiques Paris antiquités XIXe siècleModèles d’enfants porte-torchères exposés par A. Durenne à l’Exposition Universelle de Paris en 1867.

Paire d’enfants porte-torchères en fonte à patine brun-vert et réhauts d’or pour le drapé.

Biographie

Albert-Ernest Carrier-Belleuse (1824-1887), surnommé le « Clodion du XIXe siècle, fut un sculpteur d’une exceptionnelle fécondité, traitant ses sujets décoratifs comme ses portraits avec la même rigueur naturaliste, pleins de charme et de vie. Il entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1840, où il est l’élève de David d’Angers. Dès le début des années 1860 il connaît le succès avec ses sculptures présentées au Salon des Artistes Français. Son Messie, présenté au Salon de 1867, lui vaut la médaille d’honneur et la Croix de la Légion d’Honneur. Parmi les commandes officielles, la ville de Paris, cette « nouvelle » capitale, redessinée par les soins du Baron Haussmann, se pare de quelques unes des plus belles œuvres de Carrier-Belleuse ; notamment l’Abondance du Pavillon de Flore au Louvre (1865), ou encore la somptueuse décoration du célèbre hôtel particulier parisien de la Marquise de la Païva. Dans le catalogue de l’Exposition Universelle de 1878, il est fait éloge de son travail, et l’on dit qu’on « vient même de Londres lui demander des modèles ». Ses nombreux bustes, groupes et allégories, ainsi que ses candélabres, vases et pendules, tous d’une ciselure remarquable, connurent sous le Second Empire un succès considérable.

Antoine Durenne (1822-1895) fondeur français, est sorti de l’Ecole des Arts et Métiers d’Angers en 1841 et en 1842 de l’Ecole des Beaux Arts. Il a été membre fondateur de l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs. C’est en 1857, qu’Antoine Durenne rachète l’usine de Sommevoire, qui existe depuis une vingtaine d’années. Grâce à sa collaboration étroite avec des artistes et une qualité technique indiscutable, il va rapidement tenir une place prépondérante dans la fonte d’art française. Avec lui, la fonte de fer et d’ornement acquiert son titre de noblesse. La firme collectionne les récompenses lors des Expositions Universelles de Paris en 1867 et 1900, de Vienne en 1873 auxquelles elle participe.

 L’usine Durenne orne le monde, statues, fontaines, et luminaires portent le nom de Sommevoire. Ses bronzes ou fontes ornent des villes de France (Paris : Alexandre de Serbie place de la Muette, le cheval et l’éléphant sur le parvis du Musée d’Orsay, le pont Alexandre III côté avenue des Champs Elysées), des Etats-Unis, du Canada, du Vénézuela, de Colombie, de Russie, de Guinée.

Contactez nous