X

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Ref

Titre.

Votre message

ref. 1444/11 & 1444/12

P. J. Mène

D’après
Sculpteur
(1801-1879)

Chiens de chasse

France
XIXe siècle
Haut. : 11 cm ; Larg. : 12 cm ; Prof. :7,2 cm

Paire de bronzes à patine brune nuancée sur socles en marbre, représentant deux chiens de chasse à l’arrêt. Ces modèles à la facture ouvragée, illustrent une volonté de représenter l’animal aussi fidèlement que possible, dans une pose familière et réaliste.

Mène est considéré comme le plus grand sculpteur animalier du XIXème siècle, après Barye.

La chasse est très présente dans la production de Mène, elle est génératrice de compositions très travaillées où l’homme et les bêtes sont souvent associés : « Valet de chasse menant sa harde », « la chasse en Ecosse, prise du renard », « Fauconnier arabe à cheval », « Valet et son chien », etc…

Biographie

Pierre-Jules Mène, est né à Paris en 1810. De son père qui travaille le métal, il apprend les premiers rudiments de la sculpture et de la fonte. Plus tard, après quelques leçons prodiguées par le sculpteur Compaire, Mène s’oriente vers la sculpture animalière.

Comme Barye, il s’attache à représenter les animaux aussi fidèlement que possible et il fréquente assidûment le zoo pour y observer ses sujets.

Il fait son entrée au Salon en 1938 et connaît très vite un vif succès. Il continue par la suite à exposer régulièrement et remporte de nombreuses médailles ; en 1861, il reçoit même la Légion d’honneur.

En 1938, Mène crée sa propre fonderie rue du Faubourg-du-Temple pour éditer lui-même ses modèles. Plus tard, il l’exploitera avec son gendre, le sculpteur Cain. Il produit là, de 1838 à 1877, des bronzes d’excellente qualité, se chargeant personnellement des opérations de fonte et de ciselure.

L’œuvre de Mène puise son inspiration aussi bien dans le monde des animaux domestiques (chevaux, vaches, taureaux, moutons, chiens) que dans celui des animaux sauvages (biches, cerfs, jaguars, panthères). Parallèlement au succès qu’il remporte en France, Mène devient également célèbre en Grande-Bretagne où il participe à des expositions de 1851 à 1862. Ses œuvres sont particulièrement recherchées du public anglais et une grande partie de ses travaux est exportée Outre-Manche.

Bien qu’il ait été de son temps très populaire, il est à remarquer que Mène n’a reçu que peu de commandes officielles.

Après sa mort, nombre de ses sculptures seront éditées par Cain et ensuite par la fonderie Susse Frères qui acquiert ses modèles à la fin du XIXe siècle, en 1894. Ces bronzes portent la double signature de l’artiste et du fondeur.

Ses œuvres sont représentées dans les musées du monde entier et, outre le Louvre, les musées d’Oxford et Melbourne possèdent des collections importantes.

Contactez nous